PRIX SUR DEMANDE
BAUDELAIRE, Charles
Les Fleurs du Mal
Bibliothèque nationale, En français dans le texte, 1990, n° 276 ; Bogousslavsky, Les Exemplaires avec envoi de l’édition originale des Fleurs du Mal, in Histoires littéraires nº 64, 2015, pp. 7-39 : l’exemplaire est décrit sous le numéro 49 ; Pichois, Dictionnaire Baudelaire, pp. 217-218.
Grand in-12 (188 x 123 mm) demi-maroquin bleu foncé, compartiments de doubles filets à froid dans les entre-nerfs, dos à cinq nerfs, tête dorée, non rogné, couvertures conservées (Lortic).
Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1857.

Description

EDITION ORIGINALE

Elle a été imprimée sur vélin d’Angoulême à 1 300 exemplaires, dont environ 200 exemplaires “de passe” – sans omettre la vingtaine d’exemplaires sur vergé de Hollande. Exemplaire de première émission, avec notamment la faute “Feurs” au titre courant des pages 31 et 108, et la faute “captieux” pour “capiteux” au premier vers de la page 201 : il est complet des six pièces condamnées.

Recueil de cent une pièces, conçu comme un “livre”, Baudelaire s’y appliqua plus de vingt ans ne cessant de le retravailler. Au-delà du succès de scandale, l’œuvre d’une vie eut un immense retentissement avant d’être perçue comme le véritable point de départ de cette modernité dont Baudelaire est précisément l’inventeur.

Magnifique exemplaire très pur et grand de marges, portant un envoi autographe signé au crayon sur le faux titre:

« à M. Grandguillot, Charles Baudelaire »

Baudelaire a, en outre, inscrit au verso du feuillet de garde précédant le faux titre, toujours au crayon, la liste des

 

« Poèmes condamnés par jugement du 20 aout 1857./Les Bijoux/Le Léthé/à celle qui est trop gaie/Lesbos /

Femmes damnées: à la pâle clarté…/Les métamorphoses du Vampire. »

 

L’exemplaire présente par ailleurs 5 corrections autographes (au feuillet de dédicace et aux pages 29, 43, 44 et 110).

 

Provenance attachante et marque de reconnaissance du poète impécunieux.

 

Rédacteur en chef du Constitutionnel et du Pays, Alcide-Pierre Grandguillot (Rouen, 1829-1891) occupait une position enviable dans les milieux journalistiques. Les grands journaux furent une planche de salut pour les écrivains de la seconde génération romantique, toujours en peine de placer leur copie pour subsister, sinon réduits au silence et à l’anonymat. Le nom de Grandguillot revient maintes fois dans la correspondance et dans le Carnet de Baudelaire au cours des années 1860 à 1863. Si les tentatives d’approche furent éconduites, le rédacteur en chef lui versait quand même des avances à fonds perdu sans que leurs relations d’estime et d’amitié en pâtissent.

D’où l’entreprise de haute séduction qu’on peut situer au printemps 1860, redoublée par l’envoi de son étude sur Théophile Gautier qui venait de paraître. Une lettre du 17 janvier 1861 à Poulet-Malassis atteste qu’il figure sur la liste du service de presse de la deuxième édition des Fleurs du Mal. Mieux encore, il s’agissait de compenser le fait qu’il n’avait pu lui offrir un exemplaire de tête des Paradis artificiels : “Pour que je puisse acheter des exemplaires sur fil, il faut qu’il y en ait. Où sont-ils ? Et moi qui attendais cela, au moins pour Grandguillot (chose grave)” (Lettre à Poulet-Malassis du 18 mai 1860).

Grandguillot n’est pas moins révéré des aurevilliens : non seulement il protégea Barbey d’Aurevilly, mais il lui sauva la mise après que le fougueux critique eût été évincé du Pays par “ce crapaud qui voudrait tant être une vipère” (entendez : “Sainte-Bave”). Si la recension des Fleurs du Mal par le défenseur du poète maudit fut refusée, il parvint toutefois à placer celle des Paradis artificiels.

 

PARFAIT EXEMPLAIRE EN DEMI-MAROQUIN SIGNÉ DE LORTIC, DES PLUS DÉSIRABLES QUI SOIENT. 

 

D’une grande élégance, la facture de ses demi-maroquin est caractérisée par la minceur des cartons, le bombé du dos serti de caissons à froid et par des nerfs très pincés.

On a ajouté en tête une épreuve sur Chine du portrait de Baudelaire gravé par Bracquemond pour la deuxième édition des Fleurs du Mal (1861).

 

Provenance : Pierre Grandguillot – Jacques Guérin – Bernard Malle – Pierre Bergé.

Catégorie

Vous pourriez également être intéressés par ...