Exemplaire des photographes Carlos Relvas et Louis Alphonse Davanne
Louis-Désiré Blanquart-Evrart

La Photographie, ses origines, ses progrès, ses transformations

Lille, imprimerie L. Danel, 1869.
In-4 (310 x 235 mm) de 2 ff.n.ch., 61 pp., 14 planches hors texte par des procédés diverses de photographie; demi-chagrin vert, plats de percaline ornés d’un quadruple filet doré d’encadrement, titre doré au plat, dos à nerfs, couverture imprimée conservé (reliure de l’époque signée Lisboa & Companhia).
30 000 

1 en stock

Catégorie

Description

La Photographie, ses origines, ses transformations est considérée comme une œuvre précise et fondamentale pour l’histoire des trois premières décennies de la photographie. 

 

Illustrée des exemples contemporains rassemblés par l’auteur, elle contient une discussion sur la genèse de l’impression photomécanique et de l’illustration photo-typographique. Il s’agit des premiers travaux sur ces nouvelles méthodes qui ont abouti à l’impression typographique avec la même qualité que l’impression photographique. Blanquart-Evrard a clairement compris que l’imagerie à base d’encre finirait par remplacer complètement l’impression à base d’argent dans tous les futurs livres.

 

L’exemplaire est illustré des planches photographiques suivantes : 

 

  1. Phototypie de l’Egypte imprimée à Lille en 1852 pour l’œuvre de Maxime du Camp sur l’Egypte, la Nubie, la Palestine et la Syrie, pages 26/27.
  2. Photolithographie dans la méthode de Poitevin, pages 32-33.
  3. Gravure de Wellington (méthode photo lithographique de Zurcher), pages 40-41.
  4. Une illustration historique des travaux de Gavarni (également méthode photo lithographique de Zurcher), pages 40-41.
  5. La Grand Soeur (méthode Goupil) pages 42-43.
  6. Vue de la Galerie des Beaux-Arts (photogravure de la nature. Méthode de H. Garnier), pages 42-43.
  7. La Force (Héliogravure. Méthode de Baldus), pages 42-43.
  8. Morceau de réception d’Etienne Falconet (dans une autre méthode de Baldus), pages 42-43.
  9. Fac-simile d’un document manuscrit, pages 42-43.
  10. Vue du Baptistère Louis XIII, photogravure en relief, par Dujardin Frères (méthode de H. Garnier), pages 42-43.
  11. Plafond du Louvre, idem, photogravure en relief de Dujardin Frères (Procédé H. Garnier), pages 44-45.
  12. Portrait d’après nature (Photographie de fille. Méthode à charbon Ernest Edwards), pages 46-47.
  13. La Vierge et l’Enfant (méthode Adolf Braun; pages 48-49).
  14. Un Fripier imprimé par Goupil (Méthode Woodbury); pages 50-51.

 

Chaque exemplaire a été assemblé avec les impressions disponibles ; le résultat étant que les exemplaires diffèrent de l’un à l’autre. Les éditions ultérieures ont un plus grand nombre d’images.

 

Provenances importantes

 

Cet exemplaire porte deux envois très importants en haut du titre  : le premier (dans le coin supérieur droit) est adressé à Alphonse Davanne, membre fondateur et président de la Société française de photographie de 1876 à 1901 : « à Monsieur Davanne hommage affectueux ». Davanne, à son tour, présenta cet exemplaire au photographe portugais Carlos Relvas en y inscrivant « À Monsieur Carlos Relvas à Golegã (Portugal) de M. Davanne ».

 

Louis Désiré Blanquart-Évrard est né à Lille en 1802. En 1826, il étudie avec Frédéric Kuhlmann, un important chimiste, puis développe son travail photographique à partir de 1844 suite à l’annonce de la méthode négatif-positif de William Fox Talbot. Il publie au sujet de Talbot un résumé du travail de développement et d’amélioration de sa méthode. Il se concentre sur l’adaptation de la photographie à la production industrielle et la création d’une usine d’impression photographique. Il fonde son “Imprimerie Photographique” en 1851 à Loos-lès-Lille, le premier du genre en France. Il a catalogué 555 images et a également contribué à la publication d’œuvres d’autres éditeurs. Figure majeure du développement de la photographie au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, Blanquart-Evrard a consacré le reste de sa vie à la recherche. En 1863, il publie l’important traité Intervention de l’art dans la photographie, mais son grand apport après la fermeture de l’ “Imprimerie Photographique” fut la publication de son livre dans lequel il donne une description précieuse, importante et exacte des trois premières décennies de la photographie.

 

Louis Alphonse Davanne (1824-1912) était chimiste, professeur, inventeur et photographe primitif français, cofondateur de la Société française de photographie en 1854 et, avant tout, l’éditeur de la production en série de procédés de photographie à l’albumine. Il est, avec Édouard Baldus, Roger Fenton et Henri Le Secq, l’un des inventeurs pionniers du procédé photolithographique, autrement appelé photogravure. Enseignant entre autres à la Sorbonne il contribua à la vulgarisation des techniques photographiques.

Carlos Relvas (1838-1894) est quant à lui membre depuis 1869 de la Société française de photographie et un des photographes les plus prestigieux d’Europe à son époque. Homme éclectique, Relvas a produit une œuvre de grande ampleur. Il était également photographe, homme politique, inventeur, fermier, éleveur de chevaux et chevalier de tauromachie et musicien. Son travail a été récompensé lors d’expositions internationales à Madrid, Paris, Bruxelles, Amsterdam, Vienne et Philadelphie, entre autres. Les techniques et les matériaux utilisés ont été parmi les facteurs qui ont dicté l’exécution des œuvres, reconnaissant ainsi l’étude et la diffusion de phototypes faisant partie de l’héritage qu´il nous a légué et lui a mérité de nombreuses distinctions nationales et étrangères. Sa Maison/Studio, (Casa-Estúdio Carlos Relvas), dont la construction a commencé en 1872 et s’est terminée trois ans plus tard, est absolument originale en termes européens, tant du point de vue décoratif que structurel de la nouvelle architecture en fer, suivant une typologie sans précédent connu, et construit spécialement pour la photographie. Aujourd’hui devenu musée, restauré et réhabilité dans sa conception originale, elle est conservée comme l’une des propriétés les plus intéressantes et intégrant le patrimoine national unique au monde. La Casa-Estúdio a été construite en l’honneur des inventeurs de la photographie – Niepce et Daguerre – représentés sur les bustes à la façade. Joseph Niépce (1765-1833) un inventeur français responsable de l’une des premières photographies. Louis Daguerre (1787 – 1851) un peintre, concepteur de décors, physicien et inventeur français crée, en 1835, le premier brevet d’un procédé photographique : le daguerréotype.